Medusé 1.1

Les marcheurs d'épaves

 

Ce Médusé fut le premier découvert dans les décombres mémorielles de Gorgopolitis. L’Empêtré, ainsi nommé par Céline, l’Archéos qui a découvert ce Médusé, représente un personnage debout en train de marcher péniblement, un pied entièrement embourbé dans des déchets ménagers et autres

 

plastiques d’emballage. Il traine un sac plein de ces déchets.

 

Sont-ils les siens, ceux qu’il tente de contenir, de mener ailleurs, pour les empêcher de se répandre ?

 

Malheureusement, le sac est éventré et se déverse inexorablement  dans la marre de déchets qui envahit le sol. D’autres ordures coulent de son bras droit comme si il était en train de muter.

 

 

Pendant des années, les archéos de Gorgopolitis trouvèrent des tonnes de ces déchets enfouit dans le sol de la cité, comme si ce sol avait été constitué majoritairement de matière plastique de détritus crée par l'homme...

 

 

Médusé 1.2

Les Suspendus


ce médusé ainsi nommé par les nombreux
archéos qui l’ont mis à jour, n’a été extrait qu’à moitié.
Nous ne voyons que la partie visible de l’iceberg.
Pour appréhender ce Médusé dans sa globalité, il faut imaginer ce qu’il y a dessous.
Il peut rappeler à la fois le tristement célèbre radeau de la méduse, ou la porte de l’Enfer de Rodin, et s’impose en même temps comme un hommage au courage des solidaires :
une personne qui en soutient mille, au péril de sa vie.
Si tous ces personnages ont été atteint de la
“Politique de la Gorgone”, alors en se médusant, ils ont
partagé l’instant d’un espace, un point de vue commun :
le besoin des autres.

Médusé 1.3

la légende des Lunatiques

 

 

Ce médusé a été retrouvé dans le secteur 1.3 de Gorgopolitis, complètement empêtré dans une multitude de cordages. Il a été suspendu dans le Gorgopolitis Museum dans le but de reconstituer un phénomène qui trouve son explication dans une légende peu connue d’avant le Grand solstice.

 

 

 

 

Médusé 1.4

Le Contemplant

 

Si les entrailles de Gorgopolitis nous dévoilent peu à peu la mémoire d’un 21ème siècle souvent sombre, troublé et chaotique, la cité nous livre parfois de bien plus claires histoires.

Ce médusé trouvé dans le secteur 1.4 en est la preuve.

Le contemplant ainsi nommé par Claude, l’Archéos qui l’a découvert, est figé dans un moment de contemplation intense. Il regarde quelque chose, les mains dans le dos, l’air serein.

Ce qu’il contemple reste à ce jour une énigme pour les rassembleurs de mémoire.

Lorsque  l’épidémie de la Gorgone le transforma en statue, elle emporta un secret dans l’immobilité du temps...

 

Médusé 1.5

Les parias de psyché

 

Découvert dans le secteur 1.5 de Gorgopolitis, Les enlacés, ainsi nommés par les archéos qui les ont mis à jour représentent deux personnages se serrant dans les bras. Lors de leur extraction, un troisième sujet à été découvert non loin d’eux. Ce dernier se cache le visage et pointe du doigt. Les rassembleurs de mémoire se sont longtemps demandés si il y avait une relation entre « les enlacés » et celui nommé « le montreur ».

 

Si tel fut le cas, quel était l’intention du montreur ? Quel était la raison de ce geste accusateur ?

 

Portait-il en horreur les enlacés ? Ce qu’il montrait du doigt s’en oser regarder, comme une monstruosité, était-ce ces deux amoureux ?

 

Les plus anciens rassembleurs de mémoire ont rapporté une histoire qui a été décisive dans le choix de l’interprétation.

 

On raconte qu’au début du 21ème siècle, l’image de l’individu était devenue une sorte de culte à l’importance capitale...

 

 

Médusé 1.6

Les incassables

 

Histoire en cours d'extraction...

Médusé 1.7

L'aride

 

 

L’aride, ainsi nommé par Max, l’archéos qui a découvert ce médusé, représente un homme qui semble appartenir à une certaine classe, une sorte d’homme d’affaire à en juger par ses vêtements. Sa chemise est un peu débraillée et ses manches relevées comme si il avait chaud. Il se tient debout sur un sol qui a l’air complètement sec et tente d’arroser un arbuste mort. La curiosité de ce sujet porte sur l’arrosoir et ce qui en sort : de l’argent, pièces de monnaie et billets de banque.

 

Pourquoi arroser le sol de cette façon ? L’argent aurait-il eu la vertu de se reproduire au contact de la terre, avant le Grand solstice ?